journées du patrimoine

  • Journée du Patrimoine : Lavoir ouvre son église (+photos)

    Imprimer

    2012_09_09_Patrimoine Lavoir_088.JPGCe dimanche, l'Eglise de Lavoir accueillait les visiteurs dans le cadre des journées du patrimoine. Sur le thème de la mémoire collective et du patrimoine immatériel, les visiteurs étaient d'abord conviés à une petite saynète. Manon Lecoq, Françoise Orban et Bernard Englebert jouaient les résistants en pleine occupation. Une prestation qui, même si elle a pris quelques largesses avec l'histoire, était vraiment très réussie et humoristique.

    Sur la photo de gauche à droite, Jérémy Barsi (improvisé technicien audio pour l'occasion), Bernard Englebert, Françoise Orban et Manon Lecoq. Pour l'afficher en grand, cliquez sur la photo.

    Suivait ensuite une visite du cimetière attenant à l'église où Sophie Breuls, guide de terroir, faisait découvrir l'histoire de Lavoir. Du haut de la colline où l'église est perchée, il est aisé de découvrir la campagne environnante.

    Enfin, la visite s'achève par un retour à l'intérieur de l'église. Les récits de Achille Lorent et de Marcel Lambotte sur leur vie pendant l'Occupation sont diffusées au travers d'une vidéo.

    Les visiteurs sont venus nombreux, en voiture, à pieds ou en vélo, découvrir notre patrimoine et notre belle campagne.

    Pour découvrir les photos de l'église, du cimetière, de la campagne environnante et bien sûr de nos 3 "raconteurs d'histoire", suivez le lien.

  • "Si Héron m'était conté"

    Imprimer

    L'ADL et les conteurs de l'entité vous invitent à un voyage au coeur de notre patrimoine.....

    Lavoir.jpgLe patrimoine ne se limite pas uniquement à l'édification de bâtiments prestigieux. Que serait un bâtiment sans histoire ?

    La transmission de la mémoire collective d'un quartier ou d'une commune prend dès lors tout son sens...

    C'est sur cette approche du patrimoine immatériel que la commune de Héron a souhaité mettre l'accent à l'occasion des prochaines Journées du Patrimoine.

    Le dimanche 9 septembre vous serez accueillis sur le site classé de l'Eglise Saint Hubert à Lavoir par Manon Lecoq, Françoise Orban et Bernard Englebert, 3 "raconteurs d'histoire" qui mettront à l'honneur les grandes figures locales de la Résistance;

    Sophie Breuls, guide de terroir, vous proposera une petite visite au cœur de l'histoire de Lavoir.

    A l'intérieur de l'église, les récits de Achille Lorent et de Marcel Lambotte sur leur vie pendant l'Occupation seront diffusées au travers d'une vidéo.

    Les visites sont organisées à 10h, 13h30, 15h et 16h30.

    Par ailleurs, le site de Héron s'inscrit dans le circuit commun aux 4 communes du Pays Burdinale-Mehaigne détaillé dans le document ci-joint.

    Infos et réservations : Les Amis du château féodal de Moha : 085/25 16 13 - amischateaumoha@yahoo.fr

  • Balade contée des journées du patrimoine à Braives, Burdinne, Héron et Wanze

    Imprimer

    Les quatre communes de Braives, Burdinne, Héron et Wanze organisent un circuit en bus reliant les quatre sites liés à l’histoire locale, à savoir :

    - l’ancienne forge de Pitet ;

    - la ferme de la Grosse Tour de Burdinne ;

    - l’église de Lavoir ;

    - la ferme de Famelette à Huccorgne.

     

    Réservez rapidement, les places sont limitées!

    Chaque site mettra en valeur des personnages qui, d’un siècle à l’autre, ont apporté leur pierre à l’édifice du Pays Burdinale-Mehaigne. À travers un récit narratif, le visiteur découvrira leur histoire replacée dans le contexte du lieu : anecdotes, mémoire et passé industriel local, société, seigneurie, résistance, ancien métier et immigration italienne, autant d’éléments à découvrir lors de cette journée dédiée aux grandes figures de Wallonie. Un autocar transportera les visiteurs de site en site. La visite des différents lieux peut également être effectuée de manière libre par les visiteurs qui le souhaitent.

    • Organisation : Les Amis du château féodal de Moha asbl.
    • Visites guidées : dim. de 9h45 à 16h15 par groupe de 35 visiteurs max (durée : 6h30).
    • Animation :
      • dépliant reprenant l’itinéraire du circuit et des informations sur les quatre étapes mis à la disposition des visiteurs ;
      • pause prévue à midi dans un lieu où le pique-nique ou une collation (sur réservation) seront possibles.
    • Renseignements : +3285251613 (du lun. au ven. de 9h à 17h) ou +3285255347 (du lun. au ven. de 9h à 17h) ou par courriel à amischateaumoha@yahoo.fr
    • Site Internet : www.chateaumoha.be

       

    Le but des conteurs est de partir d’une histoire et de faits réels mais en mettant par exemple une touche d’humour. Pour rester dans l’histoire, il y a une visite guidée. Sur certains sites, il y aura des petits films, des projections,... Sur tous les sites, il y aura un conteur et une visite guidée. Chaque visite dure +/- 1h.

    Le premier site est l’ancienne forge de pitet et la famille de Donnéa : Le hameau de Pitet est un ensemble paysager remarquable. François Gaspard de Donnéa en devient propriétaire en 1756. Son petit-fils, Charles de Donnéa, aménage le château et ses alentours au 19e s. Sa petite-fille, Alice de Donnéa, sera une philanthrope reconnue qui marquera durablement l’histoire locale. Née en 1852, elle fonde l’école catholique à Fallais, une des premières écoles de filles, durant le dernier quart du 19e s. Le 22 août 1898, elle hérite du château de Pitet et y meurt en 1932. Parmi les éléments patrimoniaux remarquables du site, on retrouve la ferme-château et l’ancienne forge qui lui fait face. Cette forge, classée comme monument, date de 1749. Elle abrite, encore aujourd’hui, un travail de forgeron de 1755 destiné à entretenir les fers des animaux de trait et fera prochainement l’objet d’une restauration et d’une mise en valeur. Face à la forge, le jardin des plantes, géré par le Parc naturel de la Burdinale et de la Mehaigne, comprend plus de 300 plantes différentes. La forge pourra être visitée librement. Un forgeron au travail animera le site et fera découvrir les différentes facettes de son métier. Des visites seront organisées et vous plongeront au coeur de l’histoire de la famille de Donnéa. La forge de Pitet est intégrée au circuit « Des hommes qui ont fait le Pays Burdinale-Mehaigne » organisé par les communes de Braives, Burdinne, Héron et Wanze.

    Le 2è site est la Famille d’Auvin et la ferme de la grosse tour à Burdinne : Classée depuis 1998, la ferme de la Grosse Tour doit son nom actuel à l’imposant massif construit au 18e s. que le visiteur découvre au pas du porche d’entrée. La présence de la famille d’Auvin est attestée à Burdinne depuis le 12e s. Elle acquiert le titre de premiers seigneurs de Burdinne et marque durablement le paysage du village avec l’église, le château, etc. Si elle présente aujourd’hui un aspect de ferme hesbignonne organisée autour d’une cour intérieure, la ferme de la Grosse Tour, inscrite sur la liste de l’Institut du Patrimoine wallon, s’est construite grâce aux générations de d’Auvin qui s’y sont succédé et qui ont contribué aux différentes campagnes de travaux entre les 16e et 18e s. De style Renaissance mosane, les différentes façades sont typées et caractérisées par l’emploi conjoint de la brique et de la pierre calcaire, par les fenêtres hautes au remplage en pierre et par l’inclinaison des toitures. Grâce à son intérêt architectural incontestable, la ferme de la Grosse Tour est devenue un élément emblématique du Pays Burdinale-Mehaigne. Elle accueille les bureaux du Parc naturel des vallées de la Mehaigne et de la Burdinale ainsi que ceux de la maison du Tourisme. Les travaux de réaménagement du corps de logis sont achevés en 2012. Des visites seront organisées et plongeront le visiteur au coeur de l’histoire de la famille d’Auvin.

    Le 3è site est l’église paroissiale Saint-Hubert et son cimetière : Reconstruite au 17e s., l’église Saint-Hubert de Lavoir est classée depuis 1949. D’inspiration romane, elle est remarquable par les nombreux monuments funéraires situés aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur qui datent principalement des 16e, 17e et 18e s. L’église Saint-Hubert domine le village de Lavoir et offre un point de vue impressionnant sur les alentours : la ferme d’En-Haut, l’ancien presbytère, etc. La visite du cimetière permet également de découvrir l’histoire du village à travers ses personnalités qui rappellent que la prospérité était liée au travail de la pierre et du fer. Sur la façade de l’église se trouve un monument commémoratif en hommage à la résistance qui s'est organisée à Lavoir durant la Seconde Guerre mondiale. Grâce à l'action des milices patriotiques, des actions de sabotage ainsi que des éditions de tracts et diffusions de matériel ont été organisées. Le presbytère devient alors un abri pour les résistants et pour l'état-major du secteur. Ce sont toutes les personnalités qui se sont illustrées dans la résistance qui seront mises en avant lors des Journées du Patrimoine ainsi que les témoignages des habitants.

    Le dernier site est la ferme de Famelette et l’immigration italienne : L’ensemble architectural actuel de Famelette avec son logis seigneurial, sa ferme et ses dépendances date, pour l’essentiel, du 16es. Il s’est développé autour de son vieux donjon médiéval de plan carré qui se reconnaît visuellement grâce à la flèche terminée par un bulbe. La ferme et la grange ont été construites aux environs de 1563-1564. Cette grange est d’ailleurs l’une des plus grandes et des plus anciennes de Wallonie qui a conservé sa charpente d’origine. Reconstruit à la fin du 17e s. après une destruction partielle, le château conserve le style architectural mosan du 16e s. Le logis seigneurial a été réaménagé au 18e s. comme en témoigne sa façade principale, en briques et calcaire, orientée vers le parc ornemental. La ferme de Famelette fut longtemps affermée par la famille Collinet à des indépendants. Ce n’est que dans le courant des années 1960 qu’elle a été reprise par les châtelains propriétaires qui ont constitué une coopérative : des fermiers pour l’exploitation, Henri Collinet et ses enfants pour la gestion. Le même Henri Collinet est à l’origine de la venue de nombreux Italiens après la Seconde Guerre mondiale en raison du manque de main d’oeuvre belge, celle-ci s’étant dirigée vers les charbonnages. Il s’est personnellement rendu en Italie, notamment dans la province d’Udine, afin de recruter des ouvriers. De cette façon, il a engagé plus d’un millier de personnes qui ont influencé à jamais l’histoire du village. Vous pourrez découvrir qui étaient ces hommes entre autres grâce à une exposition retraçant l’immigration italienne à Wanze. Seule la grange sera exceptionnellement accessible pour l’occasion.